• Libération des infirmières et du médecin bulgares

    Fillon (prononcé fion) à sa droite, très serré, juste ce qu'il faut pour être dans le cadre.
    Kouchner, à sa gauche, cravate rouge (doit-on y voir un signe de rebellion, rien n'est moins sûr), trop éloigné, quant à lui,  pour être dans les gros plans de la caméra.
    Et lui, notre président de la République, celui de tous les français, celui de tous les opprimés, de la veuve et de l'orphelin, des malades et des handicapés, Notre sauveur, au milieu, au centre de tout et de tous.
    Voilà, ce que j'ai vu au moment où je prenais mon petit déjeûner.
    Ca m'apprendra à faire partie de la France qui se lève tard.
    Comme disait Chirac, ce fût grandignolesque ( si on m'avait dit que je citerais un jour Chirac !!! Réflexion faite, je vais pas le faire...).

    Quelle guignolesquerie ! Et cette autosatisfaction qu'il ne parvient pas à maîtriser. Pourtant il aimerait tant se la jouer modeste.
    Mais non il n'y arrive pas. C'est plus fort que lui.
    Son plus gros coup, ce serait quand même Bétancourt. Et il y croit, le gaillard !

    Finalement ce soir en revoyant toutes ces images, je me demandais si c'etait pas un coup monté de Barroso et ses acolytes pour nous faire avaler le traité européen miniature qu'ils sont en train de pondre ...
    Mais après ça, on va encore me dire que je suis une parano de gaucho !
    Et moi de leur répondre que je les emmerde.

    Vive La République !
    Vive Cécilia (décidemment, elle a rien compris : c'est pas comme ça qu'elle va réussir à le larguer le nabot).
    Vive la France !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :